Vivre sur une péniche

Quelques règles de pilotage d'une péniche

Piloter une péniche n'est pas évident, la masse du bateau et sa longueur impliquent de tenir compte d'une importante inertie

Piloter une péniche, conduite d'un bateau fluvial

Règles de conduite fluviale

Il s'agit d'anticiper malgré la vitesse faible, s'arrêter rapidement est impossible. Pas de freins, seule la marche arrière permet de stopper le bateau, le temps de réaction est long, l'inertie le pousse à continuer d'avancer..

La navigation se fait au centre de la voie navigable,
pour le croisement avec un autre bateau, chacun se rabat sur la droite. 
Le trématage (dépassement) se pratique par la gauche.

En cas de passage étroit, le bateau avalant est prioritaire ainsi que les péniches de transports et tous les bateaux plus gros que le vôtre.

Pour une information complète, procurez vous un code de navigation type "Code Vagnon" que vous devrez posséder à bord ainsi que les cartes de navigationde l'itinéraire emprunté.

Le stationnement de courte durée est autorisé le long des berges, en dehors du chenal navigable, des écluses et des piles de pont.

Les amarres posées hors de la circulation sur le chemin de halage.

Accostage et amarrage : 

- Les manoeuvres se font le plus lentement possible.

- En principe, on s'amarre toujours montant (contre le courant).

- Vérifier la bonne position des pare-battage pour protéger la coque. 

- Diriger l'avant du bateau vers l'anneau, bollard.

- Arrêter le bateau le plus près possible du lieu d'accostage.

- Faire amarrer l'avant du bateau.

- Amener doucement l'arrière du bateau au quai.

- Amarrer l'arrière en plaçant deux "bouts", un pour empêcher d'avancer, l'autre de reculer. 

- Arrêter le moteur. Installer la passerelle.

Vérification avant le départ : 

- Consulter les avis a la batellerie. 

- Vérifier le niveau d'huile du moteur et de l'inverseur.

- Si le moteur est équipé d'un circuit de refroidissement interne, vérifier le niveau; s'il s'agit d'un circuit externe puisant l'eau du canal, vérifier les filtres à eau.

- Vérifier le gouvernail, le tunnel d'hélice, abaisser tout ce qui se situe à plus de 3m50 de hauteur si vous naviguez sur des voies navigables au gabarit Freycinet.

- Brancher la radio VHF.

- Dégagez des plats-bords tout ce qui peut gêner le passage.

- Vérifier la présence et le bon ordre des "bout" destinés à l'amarrage, deux à l'avant et un à l'arrière du bateau.

- Présence des gilets de sauvetage.

- Ouvrez les portes des deux cotés de la timonerie.

- Prévoyez une petite hache en cas de besoin de couper un cordage en urgence.

- Une bouteille d'eau pour vous désaltérer.

Démarrage : 

- Mise à température du moteur environ 15 minutes

- Vérification de l'écoulement du circuit d'eau

- Vérification de la pression d'huile 

- Vérification de la température d'eau du circuit interne 

- Vérification des instruments de bord : corne, feux de position, voyants...

Décollage(en canal)

- Larguer les amarres de l'arrière. 

- Écarter l'arrière du bateau de 30° du quai (léger avant + barre tournée côté quai).

- Larguer les amarres de l'avant.

- Écarter l'avant du bateau (léger avant + barre tournée côté chenal).

- En avançant lentement, placer le bateau au milieu du chenal.

- Lover les amarres. 


En rivière, vous devrez tenir compte du courant.. 
Le vent modifie aussi vos intentions surtout si le bateau a un grand tirant d'air..
Un moteur d'étrave facilite les manoeuvres.

Chaque personne à bord doit disposer d'un gilet de sauvetage. Son port est obligatoire dans les écluses et sur les petites embarcations (barque, canoë)..

La vitesse maximum autorisée est de 6 à 10 km/h 
sur les canaux et de 25 km/h sur les fleuves

Lorsque vous passez devant des pêcheurs, réduisez la vitesse pour éviter les remous sur les berges. Prenez garde à leurs lignes et la bonne humeur régnera sur les voies navigables!

Dénicher sa péniche

Comme pour une maison ou une voiture, trouver sa péniche relève des mêmes mécanismes. Les affiches , les petites annonces dans les journaux ou sur Internet ou encore la visite de chantiers navals ou de grands ports fluviaux. Lorsque c’est possible, il est très intéressant de se faire accompagner par un pénichard averti qui en un coup d'oeil et grâce à son expérience est capable de flairer les mauvaises affaires.

Certains futurs pénichards se font construire une peniche neuve et sur mesure. Le travail est similaire au chantier d’une nouvelle maison : choix de l’architecte, définition des plans, et construction du bateau. La durée des travaux est généralement plus courte que la recherche d’une coque d'occasion et de son aménagement. Dans le cas d'une construction d'une coque neuve, il faut compter un an, alors qu'il en faudra pour le  bricoleur ayant acheté une péniche à retaper. Ce bateau aura l’avantage d’être exactement celui imaginé par le futur propriétaire, avec les avantages du neuf. De plus, il sera construit directement dans le but de l'habiter ce qui évitera les inconvénients d’un espace détourné. Mais rares sont ceux qui prennent cette décision pour des raisons financières et pour cause, l’achat d’une péniche usagée est vraiment meilleur marché comparé au prix d’une coque neuve. La majorité des nouveaux pénichard préfèrent dépenser par petites sommes et prendre le temps de réfléchir à la réalisation des travaux par leurs propres moyens. On peut également penser que le charme de l'ancien et l'histoire des lieux fait partie intégrante de l'achat d'une péniche, ce que l'on ne retrouvera pas dans un bateau neuf

Les types de péniche pour l'habitat fluvial

Voici un aperçu rapide de ce que l'on peut trouver sur le marché. En effet, il existe dans les quatre grandes familles des dizaines de variantes de bateaux désignés par leur utilisation (marchandises, passagers), par leur forme, leur mode de propulsion (voile, moteur), leurs particularités (dérives, vitesse) ou par leur ville d’origine.

Tjalk ou Tialque

Originaire des Pays-Bas et construite depuis le XVIIe siècle, ce voilier de transport a une architecture très ancienne caractérisée par des formes fort arrondies. Large et ventru, il est construit en bois. Il permet de naviguer en mer, mais aussi sur les canaux et les fleuves. Il dispose d’un mât rabattable afin de passer sous les ponts, et de deux dérives latérales en forme d’aileron. Ce type de bateau était encore construit entre les deux guerres, en métal et motorisé.
Il en existe deux sortes : le rouf-tjalk (rouf au-dessus du niveau du pont) et le tjalk pavillon (rouf plus petit, sous le pont arrière surélevé du bateau). 
Une fois transformée, la cale offrira un espace habitable de 90 m_ « au sol ».


Luxemotor

Petite péniche d’estuaire navigant surtout en Belgique et aux Pays-Bas, sa forme est inspirée de celles des cargos à vapeur et des voiliers de charge. Elle est très allongée avec une proue verticale et une poupe inclinée. Il s’agit d’un des premiers bateaux construits avec moteur. Le fait qu’à l’époque, l’espace habitable du marinier était très luxueux (souvent lambrissé de bois d’espèces tropicales et disposant de fenêtres de chaque côté) lui donna son nom.
Ce type de bateau mesure 27 mètres de long et 5 mètres de large, la cale offrant une surface de 95 m_. C’est un des modèles de péniches les plus utilisés pour l’habitation.


Spits


Datant du XIXe siècle, ce bateau flamand, en bois à l’origine, possédait un avant pointu et serait l’ancêtre des freycinets. Le logement du marinier se situe au-dessus du pont. Les premiers mesuraient entre 20 et 30 mètres de long et 3,50 à 5 mètres de large. 
Actuellement, il en existe plusieurs sortes : 
- Le spits de la Meuse est long de 43 mètres et large de 5 à 6,50 mètres. La cale permet un espace habitable sur 35 mètres de long.
- Le spits de la Sambre est long de 47 mètres et large de 5,50 mètres. La cale permet un espace habitable sur 39 mètres de long.
- Le spits Campinois est long de 66 mètres et large d’environ 6 mètres. Il est destiné à naviguer aux Pays-Bas et sur le Rhin allemand. La cale permet un espace habitable sur 58 mètres de long.
Les surfaces « au sol » varient donc de 175 à 340 m_, non compris le logement du marinier.


 Freycinet ou Flamande

Ce type de péniche, très répandu, est devenu trop petit pour la marine marchande. Il est de ce fait facile à trouver en occasion et ses dimensions conviennent parfaitement pour en faire un bateau-logement. Sa taille (38,50 x 5,05 m) et sa forme parallélépipédique sont dues aux dimensions des écluses de type freycinet (cf. supra). La cale représente à elle seule une surface de 155 m

Location péniche à Paris

Depuis toujours j'ai la passion de naviguer et d'être sur l'eau. Arrivé à Paris il m'a fallu m'adapter et trouver comment continuer à vivre comme je le souhaitais. J'ai d'abord louer un petit bateau à quai puis j'ai eu l'opportunité d'acheter une vrai péniche. J'étais enfin comblé mais j'ai rapidement du faire face à des frais imprévu. L'idée m'est alors venu de louer, pour des soirées ou même pour une nuit.
Quelques années plus tard j'ai rencontré d'autres personnes propriétaires de péniche à Paris et partout en France. A force j'ai pu créer un réseau et me lancer dans la location de péniche pour mariage, pour des anniversaires, ou des soirées diverses. Les professionnels sont aussi très souvent intéressés pour organiser des rencontres lors de soirées.